Recherche

#tech #startups #inspiration


Blog

Publié le avril 14th, 2016 | par ben

0

Bon bot, mauvais bot

Les bots: la révolution proposée par les vendeurs d’applications mobiles qui n’arrivent plus à vendre d’applications mobiles. Tout le monde a bien essayé d’unbundler et de rebundler, il a bien fallu se faire à l’idée que notre envie d’utiliser des dizaines d’apps était aussi limitée qu’une batterie d’iPhone. D’autant que les applications de chat à elles seules semblent convenir à tous nos besoins: personnels, professionnels, associatifs. Et ça mes amis, c’est précisément ce qui fait rêver tout VC de la Silicon Valley, le mot magique qui promet des retours « 50x » au milieu d’une déprime post-IPOs ratées: une plateforme (ahhhh).

Ce que Facebook a bien compris, mais que bon nombre de développeurs de bots n’ont visiblement pas encore saisi, c’est que nous ne voulons pas d’un nouvel app store dans notre application de chat. Il n’y a aucun intérêt à recevoir la météo ou des quotes directement dans Whatsapp. C’est nul, une bête notification qui arrive quelque part d’autre. Idem pour des flash cards de langue ou des jeux de poker, il y a des apps pour ça. Le besoin pour le consommateur, c’est l’interaction avec une intelligence artificielle qui facilite la prise de décision ou qui anticipe les besoins.

Pour faire un court détour par la robotique, à qui après tout on a pompé le nom, les bots doivent faire le même saut que les robots: passer de l’automatisation (la répétition à l’infini d’une même tâche: push, push, push) à l’autonomie (la capacité à apprendre et à s’adapter à son milieu).  Les bots « automatiques » sont déjà parmi nous depuis longtemps: essayez seulement d’appeler n’importe quel service client, et appuyez sur 1, merci. Ces bots là nous gonflent au téléphone et ils nous gonfleront sur notre portable.

J’attends donc avec plaisir la première vraie vague de bots, celle qui ressemblera à un Google Now, nous rappelant gentiment de partir au bon moment pour ne pas rater un rendez-vous. A ce sujet, on notera que c’est encore un fois Facebook qui a su comprendre le marché. Siri et Google Now étaient des bots avant les bots mais n’ont pas réussi à créer une nouvelle catégorie, tant les deux sociétés étaient préoccupées à ne pas ouvrir leur système.

Pour l’instant, les bots que j’ai installés sur Telegram: 💩 Mais tout ce nouvel écosystème va bouger vite. Le jour où vous aurez une vraie expérience « bot intelligent et autonome » sur votre app de chat, soyez sympa: envoyez-moi un tweet! Je brûle d’envie d’en avoir un, je suis même prêt à installer Messenger!


Parlez aux auteurs

ben


Retour au sommet ↑
  • Abonnements

  • Dernier Dossier

  • Partenaires