NipTech 181 – Sushi du détail

Jiro

[soundcloud url= »http://api.soundcloud.com/tracks/90264068″ params= »? » width= » 100% » height= »166″ iframe= »true » /]
Podcast: Téléchargement

PERSO

NEWS

  • TPBAFK: L’histoire du procès de The Pirate Bay

Passage à l’EPFL: 

INSPIRATION


10 réponses à “NipTech 181 – Sushi du détail”

  1. Très interessant ! surtout la partie ou vous avez parlé du fait que certain regarde/écoute trop de chose ou écoute les podcasts en 3x pour en écouter plus. J’aimerai bien écouter une discussion plus en profondeur sur cela. Quantité VS Qualité.

    Est ce qu’il vaut mieux tout écouter/regarder soi même ou s’en remettre au jugement d’autres personnes afin de ne profiter que du meilleur au risque de passer à coté de plein de choses. Tout cela sonne peut etre un peu trop théorique.

    Personellement apres avoir écouter pendant des très longtemps des podcasts en 2x, je revient petit a petit a du 1x ou 1.5x et je me dis que finalement les autres je n’en profitais pas et je me suis désabonner. Je tend de plus en plus a faire peu mais faire bien. J’essaye d’appliquer cette regele un peu partout maintenant.

    Car je trouve qu’essayé d’en voir un maximum rajoute un stresse non négligeable.

    Qu’en pensez vous ?

    • Je pense que dans le cadre de l’écoute accélérée, la loi des rendements décroissants joue à fond. Si on écoute 3X plus de podcasts, on retiendra peut-être moins que si on écoute à vitesse normale. Je ne sais pas s’il existe des études là-dessus, ce serait intéressant. Tout cela sans compter l’agitation dans laquelle on se met en écoutant des personnes parler très très vites…

      Maintenant au travail, le débat qualité/quantité est plus délicat. La maîtrise, c’est d’arriver à équilibrer les deux. A creuser, en effet!

      • Et pourquoi pas écouter 2 podcasts en même temps, un dans chaque oreille? :-)

        Plus sérieusement, j’ai moi aussi pratiqué le 1.5x, voire le 2x et j’en suis revenu pour les raisons évoquées: moins de plaisir, plus de stress. La question que je me pose sur les podcasts tech que j’écoute: est-ce plus par utilité professionelle ou par plaisir?

        Finalement, cette pratique ne renvoie-t-elle pas aux « overachievers » que tu évoquais dans ce même numéro? Un peu comme l’envie frénétique de goûter à tous les plats d’un buffet pour être sûr de ne rien louper.

        Comme le droit du lecteur de Pennac, je ne sais pas si ça a été fait mais, diable, je me dis que l’auditeur de podcasts a aussi des droits:

        Le droit de ne pas écouter.
        Le droit de sauter les promos.
        Le droit de ne pas finir.
        Le droit de réécouter.
        Le droit d’écouter en 3x.
        Le droit de s’endormir.
        Le droit d’écouter n’importe où.
        Le droit de passer le blabla.
        Le droit de zapper de podcast.
        Le droit de rater un épisode.
        Le droit de répéter au boulot sans citer la source ;-)

  2. Juste pour signaler, Benoît semble ne pas l’avoir remarqué mais Fitbit ont eux aussi ouvert leurs données aux autres plate-formes depuis un an déjà je crois.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.