5

Un cercle de Zorro pour l’été

Je suis en train d’écouter The Happiness Advantage, un livre qui se prête très bien à la période de vacances qui commence. C’est un ouvrage simple et efficace sur les principes de la psychologie positive, la branche de la psychologique qui s’intéresse à pourquoi les gens vont bien et comment ils y arrivent. Une optique qui fait du bien dans un livre que je recommande chaudement (pour filer la métaphore estivale).

Un des nombreux principes discutés au fil de pages est celui du cercle de Zorro. Pour ceux qui ont vu le film ou lu le livre, dont je ne fais pas partie, il semble que Zorro en début de carrière avait de la peine à contrôler son talent. Jusqu’au jour où son mentor le place dans un cercle pour l’entraînement, lui interdisant catégoriquement d’en sortir. Ce périmètre bien défini lance la carrière bien remplie qu’on connaît à Don Diego de la Vega. Il le force à se concentrer sur une petite partie des possibilités qu’il imagine, à ne pas se laisser submerger.

circle2

L’idée de se concentrer sur des objectifs réalistes, ou dit simplement de ne pas avoir les yeux plus gros que le ventre, est fondamental pour ne pas se laisser déborder dans son travail et dans sa vie. Et c’est un des secrets des gens heureux. En soi cependant, il ne vaut pas grand chose si l’on a pas de vision d’ensemble ce qu’on veut atteindre. On tombe vite dans le gagne-petit et la routine, il faut pouvoir aspirer à quelque chose d’intéressant. C’est une autre idée développé dans le livre. Elle est similaire au célèbre 2ème principe des « gens efficaces« , celui qui recommande de « commencer par définir un objectif ». Pas n’importe quel type d’objectifs évidemment, mais des buts très ambitieux qui sont motivants. Dans mon expérience, c’est toutefois rarement là que le bât blesse. Nous vivons dans une société bien compétitive et on l’on nous rappelle sans cesse de se fixer de gros objectifs (se fixer de bons objectifs, c’est encore une autre histoire).

A ce stade, on a un objectif qui vaut la peine et un premier pas raisonnable (et au passage, aussi plein de bon sens). Pour avoir du plaisir à s’améliorer, il manque encore un ingrédient, un autre concept bien connu en psychologie, celui de Zone proximale de développement (le wiki français étant nul, je vous mets la version anglaise). Oui, c’est un nom un peu barbare mais, j’avoue volontiers que c’est le genre de terme qui me plaît. Et bien qu’il ne soit pas abordé dans le livre, il fait bien le lien avec les deux éléments précédents. Il revient simplement à dire que l’apprentissage est maximum quand on est légèrement en dehors de sa zone de compétence, donc il faut que le cercle soit un peu juste un peu trop grand pour se sentir à l’aise. Mais surtout, il implique la présence de quelqu’un pour nous aider, puisqu’on ignore ce qu’on ne sait pas lorsque l’on entre dans cette zone. Et là, on fait le lien avec l’importance d’être bien entouré. Il ne s’agit pas de trouver des maîtres ou des génies dans un domaine mais simplement des personnes qui peuvent nous faire explorer cette zone de manière intelligente avec leur propre expérience (sachant que l’on doit aussi jouer ce rôle tant que possible). Tout ceux qui ont fait partie d’un club de sport comprendront facilement de quoi il en retourne.

Bref, je ne m’attarde pas plus pour ce petit article d’été. La psychologie positive est un thème vraiment fascinant et si vous avez décidé de tester des nouvelles choses pendant les pauses de juillet/août, ces quelques petits concepts valent la peine d’être gardés en tête. Pour maximiser vos chances de succès et de plaisir, mieux vaut commencer petit, savoir où vous voulez aller, viser grand et être entouré de personnes qui vous permettent d’être toujours un chouilla en dehors de votre zone de confort. Pensez-y aussi à la rentrée si vous recrutez ;)

Bonnes vacances!

 

 

  • Dans mon travail, il nous arrive d’avoir cette démarche:

    Sur certaines idées d’amélioration de notre quotidien (hors projet) on pense à une application a développer pour nous faciliter la vie, puis on itère chacun notre tour sur cette idée pour la penser « encore mieux » avec des « et si on y ajoutait ceci/cela » qui fait passer les specs de cette application d’un post-it à une grosse application limite usine à gaz

    Et souvent un chef réagit et nous stop dans notre élan en nous disant: « il ne faut pas penser à faire une rolls royce dès le début: commençons par une twingo, on l’améliorera par la suite »

    Et effectivement, si dès le début on entreprend de construire une application trop lourde, à moins d’avoir le temps, on ne finira jamais ce projet beaucoup trop ambitieux: il vaut mieux commencer par une petite application toute simple qui répond à notre besoin à l’instant T que l’on améliorera (si on trouve le temps) par la suite ;)

  • Martin schelcher

    Bonjour, concernant le concept de Zone proximale de développement c’est un concept fondamental de la théorie de Vygotski qui est un psychologue développementaliste. Pour ceux qui sont intéressé vous pouvez aller voir du coté de Piaget, Bandura, Wallon bien que leur théorie relève plus de la psychologie du développement.

  • voyagecast

    J’aime bien l’exemple du cercle, c’est terriblement simple et pourtant très juste. C’est compliqué de sortir de la zone de confort, mais chaque fois que je l’ai fait j’y ai appris des leçons, même si sur le moment ce n’est pas forcément évident à s’en sortir.
    Par contre on vit dans un monde compliqué et fatiguant qui nous pousse à rétrécir le cercle et à ne pas mettre en question notre vision du monde, difficile de ne pas s’endormir devant la télé et stopper notre évolution…
    Merci pour ton article !

  • alouette974

    super ouvrage, merci ! chat sexy

  • Antoine

    Merci Ben pour cet article :-)

Scroll to top