ben

Le Manuel d’Epictète – Leçon 52

Le premier, et le plus important, des champs de la philosophie est la mise en pratique des principes, par exemple ne pas mentir. Son second champs, ce sont les démonstrations, par exemple pourquoi ne faut-il pas mentir. Le troisième, c’est la confirmation et l’explication des démonstrations. Qu’est-ce qu’une démonstration, qu’est-ce qu’une déduction, qu’est-ce que le vrai ou le faux?

Ce troisième champs est donc indispensable au deuxième, et le deuxième au premier mais le plus indispensable, celui au-delà duquel on peut plus remonter, c’est le premier. Mais souvent, nous faisons le contraire. Nous étudions en détail le troisième, mais négligeons le premier. C’est pourquoi nous continuons à mentir alors que nous pouvons démontrer sans aucun problème qu’il ne faut pas mentir. 

Ceci était la dernière leçon de cette série. Bonne mise en pratique! 

Episode: Téléchargement direct

Le Manuel d’Epictète – Leçon 51

Combien de temps encore vas-tu attendre pour t’estimer capable du meilleur, et renoncer à transgresser les règles que tu as comprises? Tu as reçu des principes auxquels tu devais souscrire, et tu y as souscrit; attends-tu encore qu’un maître vienne afin de t’en remettre à lui pour tes progrès? Tu n’es plus un enfant, tu es adulte. Si tu te laisses aller à la négligence et à la paresse, si tu vis dans la procrastination et que tu remets toujours à demain le moment de prendre ta vie en main, tu ne réaliseras même pas que tu ne fais aucun progrès, et tu ne seras jamais philosophe, y compris au moment de ta mort.

Décide donc dès maintenant de vivre en adulte et de progresser. Que ce qui te paraisse le meilleur soit pour toi une loi sacrée. En face de quelque chose de pénible ou d’agréable, d’avantageux ou de nuisible à ta réputation, garde à l’esprit que le jour de la lutte est venu, que tu es maintenant dans l’arène et qu’il n’est plus permis de reculer. Un seul jour, une seule action et ta sagesse naissante peut être perdue ou sauvée.

Si Socrates était si admirable c’est qu’en toute circonstance, il écoutait la raison.Quant à toi, même si tu n’est pas encore Socrates, tu dois vivre comme si tu voulais le devenir.

Episode: Téléchargement direct

Le Manuel d’Epictète – Leçon 50

Considère tout ce qui t’a été enseigné dans ces leçons comme des lois qu’il serait un sacrilège de transgresser. Ensuite, quoiqu’on le dise de toi, n’y prends pas garde: cela ne dépend plus de toi.

Episode: Téléchargement direct

Le Manuel d’Epictète – Leçon 49

Cette leçon demande un peu de contexte. Chrysippe, dont il est question dans le texte, était un des premiers directeurs de l’école stoïque. En bon philosophe antique, il s’est occupé de formaliser la pensée stoïque, non seulement en terme d’éthique, mais aussi sous l’angle physique et logique. Ses enseignements étaient rigoureux mais difficiles d’accès.

Lorsque que quelqu’un se vante de pouvoir comprendre et expliquer les écrits de Chrysippe, dis-toi “Si Chrysippe avait écrit clairement, cette personne n’aurait pas de quoi se vanter.” Mais moi, qu’est-ce que je veux? Vivre à la hauteur de mes facultés. Je cherche donc quelqu’un qui puisse m’aider sur ce chemin. On me dit de lire Chrysippe. Mais comme je n’y comprends rien, j’ai besoin de quelqu’un qui s’y connaisse. Jusque-là, tout va bien. Quand j’ai trouvé cette personne, il me faut encore mettre en pratique les idées proposées: c’est uniquement de cela dont je peux être fier. Par contre, si c’est l’explication des principes que j’admire plus que tout, ne suis-je pas devenu linguiste plutôt que philosophe? C’est pourquoi lorsqu’on me demande d’expliquer Chrysippe, je rougis lorsque mes actions ne sont pas en harmonie avec ses écrits.

Episode: Téléchargement direct

Le Manuel d’Epictète – Leçon 48

L’attitude et le caractère de la personne qui n’est pas philosophe est la suivante: elle ne s’attend pas à ce que les opportunités ou les problèmes viennent d’elle-même, mais de l’extérieur. L’attitude et le caractère de la personne qui est philosophe est de s’attendre à ce que tout, en bien comme en mal, viennent de soi.

La personne en progrès se distingue ainsi: Elle ne blâme personne, elle ne loue personne, elle ne plaint personne, elle n’accuse personne, elle ne se met jamais en avant par son statut ou son savoir. Face aux échecs et aux obstacles, elle ne s’en prend qu’à elle-même- Quand on la flatte, elle en rit, si on la blâme, elle ne se défend pas. Comme en convalescence, elle fait attention à ne pas utiliser un membre blessé avant qu’il ne soit bien rétabli.

Elle a supprimé en soi tout désir, et elle concentre ses aversions sur ces choses qui dépendent de nous et qu’elle sait ne pas être à la hauteur de ses facultés. Elle reste toujours modérée. Elle se moque de paraître stupide ou ignorante. Autrement dit, elle n’a qu’un seul ennemi sur son chemin, elle-même.


Episode: Téléchargement direct

Le Manuel d’Epictète – Leçon 47

Si tu es parvenu à te contenter de peu pour les besoins du corps, ne t’en vante pas. Si tu ne bois que de l’eau, ne dis pas à toute occasion “je ne bois que de l’eau”. Considère à quel point les pauvres sont plus frugaux et résistants que toi. Et si tu décides de t’exercer à l’endurance et à supporter la douleur, fais-le pour toi et pas pour les autres. Ne fais pas étalage de tes capacités. Si tu as trop soif, prends un peu d’eau fraîche en bouche, recrache-là et ne dis rien à personne.

Episode: Téléchargement direct

Scroll to top